Affiner la recherche

Tags et Filtres

Résultats de la recherche

7 résultat(s) trouvé(s) Trier par
  1. Une eau cométaire compatible avec celle des océans

    Date de publication:

    3 Juin 2019

    Malgré le dynamisme des découvertes en astronomie, l'origine de l'eau sur Terre demeure un mystère. Les scientifiques s'interrogent en particulier sur la nature des planétésimaux qui auraient apporté le liquide sur notre planète. Dans une lettre publiée dans Astronomy & Astrophysics en avril 2019, une équipe internationale présente la troisième comète ayant une eau de même composition que sur Terre.

    Tags associés:

  2. Rosetta et la matière organique des comètes

    Date de publication:

    4 Octobre 2017

    Il y a un an le 30 septembre 2016, la sonde Rosetta terminait sa mission autour de la comète 67P. D’après une étude basée sur ses résultats et parue le 31 août dans la revue MNRAS, les comètes sont constituées en grande partie de matière organique (constituées de chaînes d’atomes de carbone), à partir de molécules présentes dans le milieu interstellaire. Son auteur Jean-Loup Bertaux est planétologue, directeur de recherche émérite au CNRS au Latmos (Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales), nous en avons discuté avec lui.

    Tags associés:

  3. Les curiosités de notre Système solaire

    Date de publication:

    28 Novembre 2018

    De nombreux satellites, sondes et rovers ont été lancés aux quatre coins du Système solaire. L’objectif : comprendre comment il s’est formé, étudier les planètes et leurs lunes pour percer leurs secrets et chercher des traces d’une vie extra-terrestre…

    Tags associés:

  4. Symposium international Comètes: une nouvelle vision après Rosetta-Philae Toulouse, du lundi 14 au vendredi 18 novembre 2016

    Date de publication:

    14 Novembre 2016

    Le symposium international "Comètes ; une nouvelle vision après Rosetta-Philae" organisé par le CNES, l’ESA et l’IRAP (Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie) se tient du lundi 14 au vendredi 18 novembre 2016 au Musée des Abattoirs de Toulouse.

    Tags associés:

  5. La mort des comètes

    Date de publication:

    11 Juillet 2014

    Les comètes vivent, se transforment… et meurent. L’érosion progressive qui attend la plupart des noyaux cométaires n’est qu’une des possibilités de disparition de ces petits corps. S’ils sont constitués des mêmes matériaux issus de la nébuleuse originelle, leurs histoires peuvent être très différentes. Ils peuvent notamment avoir été fragilisés par des collisions, comme en témoignent les nombreux cratères visibles sur les quelques noyaux approchés par des sondes. Bref, nul ne sait jamais précisément comment va se comporter un noyau cométaire à l’approche du Soleil. Et ce comportement dépend naturellement des contraintes qu’il aura à supporter. Un très gros noyau formé par l’assemblage plus ou moins cohérent de blocs vaguement cimentés par de la glace résistera parfaitement à son passage au périhélie si celui-ci se produit à plusieurs dizaines de millions de kilomètres du Soleil, comme pour la comète Hale-Bopp, alors qu’il se brisera lors d’un périhélie plus rapproché, comme pour l’ancêtre des comètes du groupe de Kreutz. Mais il existe des façons de mourir encore plus spectaculaires.

    Tags associés:

  6. Sous le vent du Soleil

    Date de publication:

    11 Juillet 2014

    Les apparences et les termes sont parfois trompeurs. Lorsque l’on regarde une comète avec sa chevelure et sa belle queue déployée en éventail, on pense instinctivement que la queue s’étire dans la direction opposée au mouvement. Dans notre expérience quotidienne, le milieu oppose toujours une résistance au déplacement : l’eau s’oppose au mouvement du bateau, faisant naître la vague de poupe, et le vent s’oppose au mouvement du cycliste, étirant son écharpe ou sa chevelure dans le sens contraire à son déplacement. Mais les comètes se déplacent dans le vide interplanétaire, dans lequel il n’y a aucune résistance. En fait, il faut plutôt s’imaginer qu’une comète ressemble à une flamme repoussée et ballottée par le vent solaire : la pression de radiation et le vent solaire s’éloignent toujours du Soleil et les queues cométaires font de même, que le noyau se rapproche ou s’éloigne de l’astre du jour. Ce comportement a été constaté au début du XVIe siècle par Peter Apian et Girolamo Fracastoro, et près d’un millénaire auparavant par des observateurs chinois, mais il n’a été expliqué que quelques siècles plus tard.

    Tags associés:

  7. Vie et transformation d'une comète

    Date de publication:

    11 Juillet 2014

    Des milliards d’années de patience, puis une mort rapide, voilà la vie des comètes ! Une fois décroché du nuage d’Oort, où il somnolait depuis l’origine du Système solaire, un noyau cométaire plonge vers le Soleil et disparaît très rapidement. Cela vous semble exagéré ? Voici les chiffres : plus de 4 milliards d’années à - 200 °C dans le congélateur du nuage d’Oort, près de 4 millions d’années pour migrer peu à peu jusqu’à la porte des mondes planétaires, à moins de 10 milliards de kilomètres du Soleil, et, au mieux, quelques milliers d’années pour disperser sa matière entre les planètes et se désintégrer. Rapportez cela à une vie humaine de 85 ans, vous trouverez qu’il faut alors moins d’un mois à la comète pour s’approcher du Soleil et moins de 45 minutes pour se transformer et disparaître en dilapidant ses biens. Et il s’agit là des comètes périodiques ; pour celles qui plongent directement dans le Soleil depuis les confins du système, la dernière phase ne dure que le temps d’une respiration.

    Tags associés: